You are currently browsing the category archive for the ‘Architecture’ category.

Être photographe est un véritable engagement.

La photographie, qui est l’art d’écrire avec la lumière, permet à celui qui déclenche l’obturateur de poser un œil particulier sur le monde et l’environnement qui l’entourent. Les photographes sont les témoins visuels de leur époque, et leurs images documentent la réalité, leur réalité. Elles sont un prolongement de leurs yeux, le reflet de ce qu’ils voient, de ce qu’ils vivent, de ce qu’ils ressentent. Comment alors rester insensible à ce qui se passe sous leurs yeux ?

Ainsi de nombreux photographes s’engagent dans diverses actions politiques et écologiques. Yann Arthus Bertrand pour son engagement écologique (“La Terre vue du ciel”), ou, plus proche de nous à Maurice, Jameel Peerally pour son engagement politique avec Azir Moris, sont deux exemples parmi des centaines d’autres.

Mon engagement personnel, pour mon pays d’adoption qu’est l’île Maurice, concerne la protection du patrimoine culturel, architectural et paysager. C’est un engagement qui vaut la peine parce que l’Ile Maurice recèle encore d’une grande variété d’endroits, de paysages, de vieilles traditions à protéger et à préserver. Mais il s’agit aussi d’un combat, car il faut se battre contre le pouvoir de l’argent (à tous les niveaux), contre une société qui dénigre son passé et son patrimoine coloniaux et contre une culture du mauvais goût et de l’uniformisation. Pourtant, il me semble qu’il y a une prise de conscience qui est en train de naître dans notre petite ile; de plus en plus de personnes s’insurgent contre le tout béton, contre les dizaines de projets d’hôtels, d’IRS qui défigurent Maurice à tout jamais, qui privent les Mauriciens de leur terre et dont l’argent ne bénéficie qu’à une poignée de personnes. Ces projets, bien souvent d’une laideur affligeante, sont de très grande ampleur et sont un désastre écologique: pollution des sols, pollution du lagon, création de plages artificielles, destructions des habitats naturels pour les espèces endémiques … sans parler de la pollution visuelle ! Que préfèrent les gens, Mauriciens ou touristes: se retrouver sur une plage déserte, façon Robinson Crusoë, avec un décor idyllique et sentir la nature; ou être sur la même plage, avec des transats par centaines, et pour seule perspective la dizaine d’hôtels en béton qui vient d’ouvrir !

Je pense qu’avant tout, il faut redonner aux Mauriciens le goût du beau, de l’esthétique, de l’authenticité, de l’harmonie. Quand je montre aux couples que j’accompagne une belle maison coloniale pour y faire des photos, ils sont tous éblouis par la beauté de l’architecture, l’espace dans les jardins, l’organisation des pièces, le fait qu’il y fasse frais sans air conditionné … Les photographes (je citerais ici Kunal Jankee, dont le film en stop motion sur les beautés cachées de Maurice,”Celestial Pearl”, est attendu par tout le monde) sont partie-prenante dans la rééducation de la population mauricienne; grâce à leurs images, les Mauriciens vont découvrir leur pays, leur patrimoine et le fait que tout est menacé de disparition. Alors, peut-être, souhaiteront-ils faire bouger les choses pour stopper ce massacre. Car après tout, en démocratie, c’est encore le peuple qui décide, non ?!

Pour terminer ce long article en français (désolé pour les non-francophones), je désire partager avec vous l’histoire d’une image forte, que j’ai faite très récemment dans une école de Rose Hill. On dit souvent qu’une image vaut mieux que cent discours; je pense que c’est partiellement vrai, car on peut faire dire ce qu’on veut à une image. Pour autant, une belle image authentique peut créer une émotion très vive ne pouvant être décrite par des mots.

L’école, donc, est une ancienne maison coloniale en bois, et elle n’est plus entretenue depuis longtemps – trous dans le sol, dans les murs, aménagements sommaires. Pour autant, cette école reste magnifique, on peut y sentir la vie et l’histoire des milliers d’écoliers qui sont passés par ses bancs. Le propriétaire du lieu, directeur de l’école, nous dit qu’elle sera vraisemblablement démolie pour être remplacée par une école en béton sans âme, mais plus pratique. Les quelques élèves sur place nous avouent à demi-mots qu’ils ne se sentent pas concernés et qu’ils préfèrent un bâtiment moderne. L’image qui suit prend alors une force incroyable à la connaissance de cette histoire et du devenir de cette petite école; il en émane une tristesse et une mélancolie qui procurent en moi des sentiments puissants: tantôt je n’arrive pas à regarder cette image tant je suis triste, tantôt mes yeux ne peuvent se détourner de l’écran tant l’image est belle et tant j’ai envie de “sauver” cette école !

Ecole coloniale à Rose Hill

Back in 1998, when I first visited Mauritius, I discovered that my wife-to-be’s mother was raised and lived in a colonial house in Port-Louis. When I saw the house, I told to myself: “one day, I’ll own a similar colonial house and I’ll live in it”. Never could I have imagined, that 14 years later, I would be thinking of a photography project around the colonial houses to try to save them !

Indeed, in less than 2 decades, hundreds of colonial houses and other old style houses have been demolished in Mauritius. 10 years ago, I bought a wonderful book called “Vivre à l’Ile Maurice – la vie en varangue” – in this book are photographed more than a hundred of houses; today in 2012, less than 50% of those houses are still here ! This is a reality, and this is a reality of NOW – from the few houses (6) I have visited last week-end, 1 has been destroyed in 2012, 1 is promised to be destroyed in 2013, and 2 are in such a bad shape that they could simply collapse at any time.

Most of those houses are privately owned by Mauritian families, but some of them are owned by the State. We can argue that the cost of maintenance for those houses is high, but if it is well done on a regular basis, it is not unacceptable … and anyway, this cost is still far less than the one of destroying the house and building something new in concrete. We can also argue that the colonial houses is more a “white people” patrimony which is not linked to a positive past for most of the Mauritian – but here again, this is the history of the island, its culture and architecture and it has to be protected – in Poland for instance, they have not destroyed the Auschwitz site where millions of people were murdered. After all, I think it is simply a matter of choice and of willingness, and I believe it has to come from the State – for instance, some houses should be classified as Mauritian national patrimony and thus cannot be destroyed, even if they are privately owned. In France, it’s the case for a lot of castles, houses, monuments … And I truly believe that this goes in a positive direction for tourism,which is one of the most important pillar of the Mauritian economy. If Mauritius destroys its cultural patrimony, it will lose a lot of interest. Well, at least, this is my opinion.

So that’s why, with a Mauritian friend, we have decided to gather old and new images in a photography project to try to raise the awareness of whoever is interested with history, culture, architecture … ; the awareness that we have to do something, and we have to do it now ! Because who knows what will have happened in a few years if we don’t do anything now. This project will maybe end up with a book, we’ll see. But for sure, I’ll keep you posted here and there about it ! 😉

Here are a few images that I recently took:

1. My family-in-law house in Port-Louis – if there is one colonial house that I want to save myself, it’s this one. It is currently the location of a Mauritian company.

Colonial house Port-Louis

Colonial house Port-Louis  Colonial house Port-Louis  Colonial house Port-Louis  Colonial house Port-Louis  Colonial house Port-Louis  Colonial house Port-Louis

2. A couple of houses in Moka – the first one is promised to demolition in 2013, while the second one is hosting an office (which is a good way to rehabilitation):

Colonial house Moka  Colonial house Moka   Colonial house Moka  Colonial house Moka  Colonial house Moka

3. A very pretty house on the verge to collapse – from the outside, it still looks nice, except the roof; but once inside, the wooden parts are all rotten and it’s dangerous to walk in it !

Mon repos - Mount  Mon repos - Mount  Mon Repos - Mount

4. This is not a typical colonial house, but an old convent built in 1864 by the English. This is owned by the State.

Couvent 1864 - Moulin à poudre  Couvent 1864 - Le Moulin à poudre  Couvent 1864 - Moulin à poudre  Couvent 1864 - Moulin à poudreCouvent 1864 - Moulin à poudre

5. Finally, to finish on a positive note, here are 3 excellent examples of how to develop cultural attractions for those precious architectural jewels:

– Eureka House in Moka: museum, restaurant, hosting place for events

Maison Eureka, Moka  Maison Eureka, Moka

– Château Labourdonnais: museum, restaurant, hosting place for events, famous for its mangoes

Château Labourdonnais  Château Labourdonnais

– Mogador: an exceptional colonial house dated 1888 transformed into a beach villa to rent

Mogador  Mogador

Calendar

July 2017
M T W T F S S
« Aug    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Categories

Become a fan on Facebook !

Flickr Images

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.

Join 4,405 other followers

Twitter tweets